Technique

Project Life® style 9×12 à base de format A4 : ma méthode

Project life 2020 - janvier january -camille bole (10)

Cette année j’ai été très inspirée par le format 9×12 pouces (environ 23×30,5 cm) qui est de plus en plus utilisé pour Project Life®. J’ai vraiment été attirée par le look des pages mais je ne voulais pas investir dans un album et des pochettes “officiels”, notamment car je ne savais pas si ce format me plairait sur le long terme. J’ai donc décidé de recréer avec ce que je possédais déjà, un rendu similaire pour mon album. Je suis pour cela partie du format standard A4 que j’ai quelque peu adapté pour correspondre exactement à ce que je voulais. Je vous explique tout cela en détails dans cet article.

Avantages et inconvénients : pochettes compartimentées officielles & ma méthode

Pochettes officielles Project Life®

Avantages :

Il y a plusieurs avantages intéressants en faveur des pochettes compartimentées officielles à prendre en compte.

Prêt à l’emploi : tout d’abord, le point positif le plus important à mon sens, est qu’elles sont prêtes à l’emploi. En effet, on achète un pack, généralement de 10 à 12 pochettes et on peut les utiliser immédiatement, il n’y a pas de temps de préparation. Quand on a peu de temps, c’est donc très intéressant.

Mise en pages prédéfinie : ensuite, la mise en page est définie à l’avance, ce qui nous limite (dans le bon sens du terme) dans les choix que nous aurons à faire. On n’a pas besoin de réfléchir au design global de la page, on a simplement à remplir les différentes pochettes avec nos photos et nos cartes.

La taille des compartiments : elle correspond parfaitement aux cartes de PL officielles vendues dans le commerce : ici encore, c’est un gain de temps non négligeable. On n’a pas de mesure à prendre, pas de découpe à faire, tout est à la bonne taille.

Résumé des avantages des pochettes compartimentées officielles : prêtes à l’emploi, gain de temps, simplicité d’utilisation

Inconvénients :

Les inconvénients liés aux pochettes sont à prendre en considération eux aussi.

Le coût : l’inconvénient principal est le coût de ces pochettes. En effet, puisqu’elles sont prêtes à l’emploi et estampillées d’une marque spécifique au scrapbooking, que ce soit Becky Higgins/American Crafts, Simple Stories, We Are Memory Keepers ou d’autres, on paye bien entendu la marque.

Recto verso identique : la mise en page au recto est forcément la même que celle au verso de la pochette plastique. Cela n’est pas forcément très pratique à utiliser puisqu’on est tributaire du choix de mise en page que l’on a fait précédemment pour la page suivante. Kelly Purkey proposait dans son Project Life® il y quelques années, la technique qui consiste à coller deux pochettes de style différents dos à dos afin de contourner ce problème, mais ce n’est pas l’idéal selon moi. Cette technique peut être utilisée ponctuellement, mais le prix des pochettes est suffisamment élevé comme cela – cette technique consiste à sacrifier l’équivalent d’une pochette – et cela rajoute de l’épaisseur inutilement à l’album.

Le stock de pochettes : il faut avoir une réserve de pochettes par type de mise en page. On est donc amené à avoir un nombre conséquent des différentes mises en pages possibles si on peut un peu de variété dans nos réalisations. Si on fait plusieurs albums de tailles différentes en parallèle, on peut vite avoir un stock de pochettes important quand on combine les différentes tailles et les différentes mises en page.

Mise en page limitée : si on ne possède pas une certaine mise en page, on est bloqué. On doit s’en tenir aux mises en page proposées par les différentes marques de scrapbooking.

Résumé des inconvénients des pochettes compartimentées officielles : coût élevé, mise en page imposée et limitée, stock de pochettes important

Ma méthode, pochettes pleine page :

Avantages :

Ma méthode présente un certain nombre d’avantages.

Un coût réduit : les pochettes que j’utilise sont des pochettes qui ne sont pas spécifiques au scrapbooking. De ce fait, on peut les acheter par lot de 50 ou 100 et elles coûtent donc beaucoup moins cher que les pochettes officielles. Concernant le coût, on peut noter aussi que pour ces pochettes-là, on peut utiliser des classeurs standards A4 que l’on trouve en papeterie. Ils sont donc également moins chers. Même si j’achète des pochettes ordinaires, j’essaie quand même d’en choisir qui sont de bonne qualité et vraiment transparentes (aspect non granulé) afin que la conservation des photos soit optimale. J’utilise actuellement des pochettes de la marque Enigma que j’avais achetées fin 2018 (lot de 100). J’en suis très satisfaite mais elles ne sont apparemment plus disponibles d’après mes recherches sur Internet. Cependant, j’ai trouvé cette référence sur Amazon qui semble équivalente, bien que je n’ai pas encore eu l’occasion de tester. L’épaisseur et la transparence semblent être équivalentes à celles que j’utilisent actuellement.

Facile à trouver en France : puisque les fournitures que j’achète sont non spécifiques au scrapbooking, elles sont très faciles à trouver en France. Les pochettes que j’utilise ont une grande quantité de tous sur le côté, ce qui leur permet de s’adapter à la plupart des classeurs A4 standards. Elles peuvent être placées, sans refaire de trous supplémentaires, dans des classeurs à 2, 3 ou 4 anneaux.

project life 2020 février scrap ali edwards felicity jane (14)

dimensions pages project life 9x12 A4 (6)

dimensions pages project life 9x12 A4 (5)

Format A4 facile à imprimer : puisque le format de page le plus grand que j’insère dans mon classeur est du A4, cela correspond à la plupart des imprimantes tout public. Je peux donc facilement imprimer des photos en pleine page (ce que je fais régulièrement) avec une imprimante classique A4.

Astuce : choisir une imprimante qui permet d’imprimer sans bordure.

Mise en page recto et verso différentes : puisque le support pour mes pages est une feuille blanche (on ne voit donc pas à travers), la mise en page du recto et du verso d’une page peuvent donc être différentes, ce qui n’est pas le cas avec les pochettes compartimentées officielles. Par exemple, si on utilise une photo en pleine page, on peut tout à fait choisir la mise en page avec les 12 carrés au verso. Cela permet plus de flexibilité dans l’album.

Un stock réduit : je ne possède que les types de pochettes plastiques pleine page : A4, 15×30 cm et 15×20 cm. Aux pochettes plastiques s’ajoute les feuilles blanches A4 que je recoupe pour les 2 autres formats.

Créativité illimitée : on peut créer absolument toutes les configurations que l’on souhaite, sans limite, on n’est pas soumis aux mises en page vendues par les différentes marques. Ainsi, on peut adapter la mise en page de n’importe quelle page à nos besoins, en fonction des photos que l’on souhaite utiliser.

Résumé des avantages de ma méthode : moins cher, facile à trouver, impression facile, mise en page très flexible, stock réduit

Inconvénients :

Bien sûr, ma méthode présente aussi des inconvénients qu’il convient de prendre en compte.

Nécessite du temps : il faut préparer les pages support avant de commencer à créer vraiment avec les photos et les cartes (je vous explique les différentes étapes que je suis juste après).

Astuce : vous pouvez gagner du temps en imprimant des modèles directement depuis votre ordinateur et si cela ne vous dérange pas, vous pouvez laisser les traits qui servent de guides apparents sans faire les traits de couture, ou encore tout faire sur un logiciel du type Gimp ou Phtoshop et imprimer directement votre page. Personnellement, j’aime le rendu avec les traits de couture et ce n’est pas très long à faire pour moi, c’est pourquoi je continue à procéder ainsi.

Recouper les cartes : les cartes vendues pour PL sont un peu plus grandes que celles que j’utilise et ont besoin d’être recoupées. Cet inconvénient disparaît quand on imprime soi-même ses cartes numériques et ses photos : on choisit directement la taille qui nous convient.

Effets de transparence limités : il est plus difficile de faire des effets de transparence. Par exemple : une pochettes de sequins qui permettrait de voir de l’autre côté de la page. Je n’utilise ce type d’éléments que très très rarement donc cela ne me dérange pas.

Résumé des inconvénients de ma méthode : prend du temps, recoupe nécessaire, pas de jeux sur la transparence

Ces inconvénients sont moins contraignants pour moi que ceux qui accompagnent les pochettes compartimentées officielles, et sont largement compensés par les avantages. C’est à chacun de déterminer où sont ses priorités ; temps, flexibilité, coût, etc.

Ma méthode pochettes pleine page en détails

Les feuilles blanches support

J’achète des ramettes de feuilles blanches par lot de 250 sur Amazon. C’est le seul type de feuilles blanches que j’achète. Elles me servent de support pour mes pages et ce sont aussi ces feuilles-là que j’utilise pour imprimer toutes les éléments numériques des kits. Si j’ai besoin de papier blanc dans une réalisation de scrap, c’est aussi cela que j’utilise.

Les dimensions exactes de mes pages

Les pages les plus grandes de mon album mesurent 21 cm de large par 28 cm de haut. Pourquoi 28 cm et pas 29,7 cm ? Voici l’explication : comme je souhaitais recréer le même rendu que les albums 9×12 pouces, j’ai fait en sorte que le ratio soi le même. Pour cela, j’ai pris comme point de départ la mise en page avec les 12 carrés. J’ai souhaité avoir des pages qui permettent de faire  de “vrais” carrés, tout en ayant une bordure homogène tout autour de la page. Or, lorsqu’on prend la largeur maximale de 21 cm, et qu’on la divise par 3, on obtient 7 cm (3×7 = 21 cm). Si l’on veut des carrés, pour la hauteur de la page, cela nous donne : 4×7 = 28 cm et non 29,7 cm comme dans le format A4. Voilà pourquoi les pages de mon album font toutes 28 cm de haut.

NB : si cela ne vous dérange pas, vous pouvez très bien utiliser le format A4 original. C’est juste une préférence personnelle. Je préfère recouper mes pages afin d’avoir une bordure homogène tout autour de la page. Libre à vous de choisir ce qui vous convient le mieux. SI vous conservez le format A4 original, vous aurez simplement une bande blanche plus importante en haut et en bas et il faudra tenir compte de ce paramètre quand vous prendrez vos mesures pour tracer vos cases par la suite.

Etape 1 : recouper les feuilles en hauteur

Enlever 1,7 cm dans la hauteur pour obtenir une feuille de 28 cm de hauteur (on ne touche pas à la largeur de la feuille : 21 cm).

IMG_20200428_215833-01

Si vous parvenez à coller vos photos avec des espaces homogènes et réguliers, vous pouvez vous arrêter à cette première étape et coller directement vos photos. Personnellement, j’ai besoin de repères pour réussir à coller mes photos, en particulier sur un grand format. C’est pourquoi je procède aux étapes suivantes.

Etape 2 : tracer les lignes guides

Sur la feuille de 21×28 cm je trace ensuite au crayon de papier, des lignes qui vont me servir de guides pour mes traits de couture à la machine.

Voici les dimensions pour différentes mises en page :

dimensions pages project life 9x12 A4 (2)

dimensions pages project life 9x12 A4 (1)

dimensions pages project life 9x12 A4 (3)

 

Etape 3 : faire les traits de couture à la machine

Enfin, je suis les traits tracés au crayon pour faire mes traits de couture à la machine à coudre. Ma page est alors prête à accueillir mes photos.

Variante : si vous n’êtes pas très couture ou ne possédez pas de machine à coudre, vous pouvez simplement soit coller vos photos à l’œil si vous y arrivez (personnellement, je n’arrive pas à coller droit sans guides) ou vous pouvez tracer des traits au crayon de papier et les effacer ensuite, ou tracer des traits et les laisser.

Astuce : afin de gagner du temps, vous pouvez préparer plusieurs pages support à l’avance. Ainsi, quand vous avez du temps pour créer, vos pages support sont déjà prêtes.

Etape 4 : imprimer les photos et les cartes à la bonne taille

Une fois que les pages support sont prêtes, il ne reste plus qu’à imprimer les photos et les cartes à la bonne taille afin qu’elles correspondent aux cases qui ont été créées. Voici les dimensions que j’utilise pour mes photos et mes cartes :

Photos et cartes carrés : 6,6×6,6 cm (équivalent 3×3 pouces)

Photos et cartes au format portrait : 6,6×9 cm (équivalent 3×4 pouces)

Photos et cartes au format paysage : 14,7×9 cm (équivalent 4×6 pouces)

Les pochettes plastiques

Références des pochettes plastiques

Voici les différentes pochettes plastiques que j’achète et les liens si cela vous intéresse de les acheter aussi.

Pochettes A4 Enigma (référence Amazon qui semble équivalente) : recouper pour obtenir 29 cm de hauteur.

Pochettes officielles pleine page 15×30 cm *  : recouper pour obtenir 29 cm en hauteur

Pochettes officielles pleine page 15×20 cm * (prêtes à l’emploi)

*je vous ai mis ici les liens vers le site de Ali Edwards car les pochettes ont apparemment actuellement indisponibles sur les sites habituels français (La fourmi créative, Scrapmalin, Fée du scrap, etc.)

Pour recouper les pochettes plastiques, j’utilise mon grand massicot Fiskars.

Variante : le fuse tool

En ce qui concerne les pochettes plastiques, il est également possible d’utiliser le “fuse tool”, un outil qui permet de souder le plastique des pochettes où on le souhaite pour créer soi-même sa propre mise en page.

Autre possibilité : sans pochettes plastiques

Vous pouvez aussi décider de vous passer des pochettes plastiques et de perforer des trous directement sur le côté de votre page. Dans ce cas, je vous conseille de prévoir 1,5 cm de plus sur le côté où seront percés les trous. Soit vous percez les trous directement dans votre feuille A4 mais vous aurez inévitablement des trous dans certaines de vos photos, soit vous rajoutez une bande de feuille dans laquelle vous percerez vos trous, soit vous décidez que la partie de votre page où se trouvent vos photos est plus petite que 21 cm (19,5 cm) et vous réservez 1,5 cm pour les trous sur le côté de votre feuille A4 : ainsi, vous n’aurez pas de trou dans vos photos (mais il faut alors revoir toutes les dimensions des cases). C’est juste une autre piste pour ceux que ça intéressent. : ) Dites-moi dans les commentaires si la réalisation d’albums sans pochettes plastiques vous intéressent, car je pense qu’il y a de quoi développer le sujet davantage.

.

Vous connaissez désormais ma méthode pour obtenir le même rendu que les albums 9×12 pouces, avec le format A4 adapté. J’espère que ces explications pourront vous aider si vous souhaitez démarrer un album mais que vous ne savez pas très bien quel format choisir. Si vous avez d’autres questions, je vous invite à les poser dans les commentaires. J’y répondrai avec plaisir. Et rappelez-vous de choisir l’option qui vous convient à vous.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *